L'intégration de la santé mentale aux soins primaires en utilisant la plate-forme de campus virtuel: une collaboration entre des pays des Caraïbes et le Canada

L'OPS et le CC OMS-OPS de Montréal ont développé une nouvelle approche visant à intégrer la santé mentale dans les soins primaires, en collaboration avec les ministères de la santé de 5 pays des Caraïbes orientales. Elle met en scène un programme de formation multimodal qu’est la plate-forme de l'OPS «Campus virtuel de santé publique», mais utilise également plusieurs autres modalités. Dans ce programme, des outils d’information, des questionnaires, des travaux pratiques et des documents de référence se trouvent en ligne, tandis que des conférences, des groupes de discussion, la tenue d’un « journal de bord », et des activités de cybercafés ont lieu également en ligne pour les personnes inscrites à la formation, à travers le site du Campus Virtuel. Les tuteurs sont activement impliqués dans chaque étape du processus.

Le programme a connu un succès important et a entraîné des cliniciens en soins de santé primaires à devenir plus à l'aise dans le diagnostic et la gestion des problèmes en santé mentale, mais aussi aux changements dans les rôles établis du personnel travaillant dans les soins de santé mentale afin de mieux adapter les besoins en santé mentale locaux. Nos résultats nous permettent de conclure que ceci est à l'avantage des personnes qui éprouvent des problèmes de santé mentale sur le terrain. Un résultat intéressant est que les médecins ayant suivi la formation sont devenus des personnes-ressources et sont plaidants pour l'intégration des considérations de santé mentale dans les pratiques cliniques. Les résultats en termes d'apprentissage, d'intégration des connaissances dans les pratiques, des améliorations dans les attitudes envers les personnes ayant une maladie mentale, et de prises de leadership dans le développement de services de santé mentale au niveau local, étaient tous très positifs.

Il y a eu quelques discussions formelles et informelles sur ce projet avec le personnel de l'OMS à Genève.