Les projets du Centre collaborateur OMS/OPS de Montréal dans le monde


Le Centre collaborateur OMS/OPS de Montréal se distingue par sa connaissance aiguë des enjeux en santé mentale dans le monde et, plus particulièrement, en Amérique latine. Depuis le début des années 1990, le Centre s'est impliqué de différentes manières pour influencer :

  • les politiques de santé mentale
  • la santé mentale au niveau des soins primaires
  • la santé mentale en situation d'urgence et de désastre
  • la formation en santé mentale
  • la réadaptation psychosociale, comme le soutien à l'emploi et la santé mentale au travail
  • les services de santé mentale pour les déficients intellectuels

Les projets du Centre collaborateur en Amérique latine

Guatemala

Pour faire suite au rapport mondial sur la santé mentale de l'OMS publié en 2001, le Guatemala décide de renouveler sa politique de santé mentale. Jusque là, la santé mentale n'avait jamais été une priorité du ministère de la Santé : elle recevait moins de 1 % de son budget dont la quasi-totalité allait à un seul hôpital psychiatrique. En outre, aucune politique ne tenait compte des différences culturelles mayas, groupe qui forme pourtant 60 % de la population guatémaltèque.

Depuis 1992, le Centre collaborateur de Montréal travaille donc avec le ministère de la Santé du Guatemala, l'ambassade du Canada et l'ONG maya Médicos descalzos, pour mieux connaître les pratiques de la population indigène maya dans la région de Chinique. Le but est de faciliter l'accès aux soins en santé mentale pour cette population. Le Centre appuie aussi les dirigeants de Médicos descalzos qui sont menacés d'expulsion par l'évêque de leur diocèse.

Dominique

Trois projets du Centre collaborateur OMS/OPS de Montréal sont présentement en cours en Dominique, un pays de 70 000 habitants qui ne compte qu'un seul psychiatre :

  • Amélioration des services en santé mentale. En 2007, des visites en Dominique permettent de constater une amélioration notable dans l'organisation des soins externes en santé mentale. Cependant, des problèmes persistent aux unités internes de psychiatrie de l'Hôpital de Roseau; le Plan de santé mentale n'a pas été suivi adéquatement.
  • Écriture d'une politique nationale en santé mentale. Marc Laporta, M.D., et ses collaborateurs, Ian Bradley et Anton Parker, ont rencontré le gouvernement dominiquais et participé à des groupes de discussion composés d'organismes communautaires, de patients, de fournisseurs de soins et de professionnels de la santé, afin de rédiger une analyse de la situation. Cette analyse servira bientôt à inspirer une véritable politique en santé mentale pour la Dominique.
  • Formation d'un étudiant en santé mentale globale. Un étudiant de la Faculté de médecine de l'Université McGill, Anton Parker, participait à cette semaine d'enquête en Dominique, bénéficiant ainsi d'une expérience terrain.

Belize

Au Belize, la croyance veut que les maladies mentales soient causées par de mauvais esprits. Ainsi, les personnes atteintes de maladie mentale sont ostracisées et finissent souvent dans la rue, sans le sou. C'est pourquoi les projets du Centre collaborateur au Belize ciblent la stigmatisation :

  • Collaboration avec le Programme de santé mentale au Belize. Ce projet vise à fournir à des infirmières praticiennes et à des équipes de soins primaires du Belize les outils nécessaires au dépistage précoce de la dépression et des troubles anxieux.
  • Formation en santé mentale globale. Deux étudiants en médecine de l'Université McGill, Patrick Lawlor et Virginie Ladouceur, ont séjourné auprès de cliniciens du Belize pendant un mois. La formation avait pour but de dédramatiser les problèmes de santé mentale dans un pays qui compte un seul psychiatre pour près de 300 000 habitants. Les professionnels du Belize ont ainsi reçu un enseignement clinique pratique, tandis que les étudiants de McGill ont appris la façon d'aborder l'ethnie et la culture dans leur pratique.

Lire le rapport final pour plus de détails.
 

Barbade

Le Centre collaborateur travaille avec l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) à la Barbade pour dresser un plan d'intervention dans les situations d'urgence et de désastre.

Haïti

Marc Laporta, M.D., s’est rendu en Haïti deux semaines après le séisme de janvier 2010 en tant qu’expert-consultant. Son mandat était de faire rapport sur les ressources et les besoins en matière de santé mentale. Il a co-rédigé avec Devora Kestel de l’OPS un rapport de mission qui a ensuite servi à orienter le plan d’aide de l’OPS. Entre autres recommandations, Zohra Abaakouk a été nommée représentante en santé mentale.

Jamaïque

Lorin Young, résidente au Département de psychiatrie de l'Université McGill et spécialiste des questions de santé mentale globale, travaille sur un protocole de recherche qu'elle compte compléter en Jamaïque en 2010-2011.

Les projets du Centre collaborateur en Asie

Indonésie

En 2005, Marc Laporta, M.D., donne une série de formations aux intervenants psychosociaux de Aceh en Indonésie, à la suite des bouleversements causés par le tsunami de décembre 2004. Un an plus tard, il rencontre des étudiants indonésiens à Montréal pour partager son expertise.

Vietnam

Marc Laporta, M.D., évalue et forme des professionnels en santé mentale de Hanoi, au Vietnam. Sa dernière visite, en 2003, porte sur les aspects cliniques de la gestion des personnes atteintes de schizophrénie.

Les projets du Centre collaborateur en Europe

Espagne

La question de la santé mentale au travail a pris une ampleur telle que l'OMS suggère à tous ses états membres d'intégrer ce volet à leur politique de santé mentale.

Le Centre collaborateur en a fait un sujet de prédilection en lançant une étude comparative Québec-Catalogne. Celle-ci compare les programmes de santé mentale de deux entreprises, à Montréal et à Barcelone, de plus de mille employés.

Les chercheurs ont :

  • mesuré l'ampleur des problèmes de santé mentale -plus particulièrement de la dépression- chez les employés de ces deux entreprises
     
  • mesuré les coûts directs et indirects qui leur sont associés
     
  • décrire la façon dont chaque entreprise gère les problèmes de santé mentale, que ce soit par des programmes d'aide aux employés, de prévention, de promotion de la santé mentale, de gestion de retour au travail ou de liens privilégiés avec le secteur de la santé

Lire le rapport final pour comprendre les obstacles liés à la prise en charge des problèmes de santé mentale par l'entreprise, mais aussi par l'individu et sa famille, et pour en dégager les meilleures pratiques.

France

Les principales activités que le Centre collaborateur mène avec la France se font par l'entremise du Centre collaborateur OMS de Lille. Trois projets sont présentement en cours :

  • Enquête sur la santé mentale dans la population générale. Il s'agit d'une vaste enquête internationale qui a pour but d'évaluer la prévalence des principaux troubles mentaux dans la population et de décrire les perceptions sociales de la maladie mentale. Jusqu'à présent, 63 000 personnes de onze pays différents (principalement de la France) ont participé à l'étude. Le Centre collaborateur tente d'y inclure le Québec et la Guadeloupe.
  • Rôle des élus dans les politiques de santé mentale. Les élus municipaux sont très dynamiques en France et 45 municipalités ont développé des conseils locaux de santé mentale. C'est une occasion pour le Centre collaborateur de s'en inspirer.
  • Programme de formation de pairs aidants. L'Association québécoise de réadaptation psychosociale (AQRP) a délégué une dizaine de pairs aidants québécois pour faire de la formation auprès de leur vis-à-vis français.

Allemagne

Le travail du Centre collaborateur en Allemagne porte sur l'accès à un emploi rémunéré pour les personnes aux prises avec un problème sérieux de santé mentale.

De concert avec le Centre collaborateur, l'organisme Lebenswelten de Berlin a mis sur pied un restaurant qui embauche des personnes souffrant de maladie mentale. Prochain objectif : un hôtel de 400 places dont le personnel serait presque entièrement composé de personnes atteintes de maladie mentale.

Suède

Un professeur émérite de l'Université Karolinska de Stockholm et membre du parlement suédois a demandé au Centre collaborateur un rapport sur la gestion de la santé mentale au travail au Canada. Le but est de rehausser le niveau de santé mentale sur les lieux de travail. Le Centre a produit un rapport détaillé des programmes mis en place par les gouvernements canadien, québécois et ontarien, et par la Commission canadienne de santé mentale.